imageLa jovialité de Khoura chargée de la traduction, la fraîcheur et le talent de Ferrudja, potière traditionnelle et poète, venue de Kabylie, et la tranquillité de Sylvie, sa « marraine » en quelque sorte puisque la venue toute récente en France de Ferrudja fait suite à leur rencontre. Ce trio s’est tout naturellement constitué pour nous en parler, pour nous emmener sur les chemins d’un conte de fées, qui, si il comporte sa part de difficultés bien-sûr, nous promet de belles émotions, avec l’argile comme liant, car Sylvie est potière également.

Khoura Himeur, Ferrudja Chebli et Sylvie Deverchère

Admiration

C’est le mot qui me vient à l’esprit quand je vois Ferrudja travailler l’argile, faire corps avec elle, et lui donner forme, lui donner sens, lui donner vie. Admiration pour la perfection de son ouvrage, pour sa maitrise, sa force, sa puissance de femme potière- comme si elle venait du fond des âges.

Sylvie pour Ferrudja 

Publicités